** La Belle et la Bête, le film **

Qui dit vacances dit un peu plus de temps libre et cinéma !

Je suis donc allée voir la nouvelle adaptation de La Belle et la bête, avec Emma Watson, de quoi se délecter et retomber en enfance.

affiche B B

Les + :

  • Incontestablement le visuel du film. Les images, couleurs et animations sont magnifiques. De même, pour les effets spéciaux du film. D’où ce côté très régressif dés le départ, si l’on a aimé la version animée de Disney.
  • Les très belles musiques du dessin-animée que l’on retrouve avec plaisir.
  • La presque parfaite fidélité et retranscription du dessin-animé au film. Partie pris, certes, mais qui personnellement ne me déçoit pas. Évidemment, ce n’est pas une adaptation à l’image de La Belle et la Bête de Cocteau, mais ce n’est pas ce que j’attendais.
  • La scène du dîner surprise en l’honneur de Belle – « C’est la fête, c’est la fête » – vaut le détour à elle toute seule ; aussi spectaculaire que dans le dessin-animé; l’impression d’avoir encore 5 ans et demi l’espace d’un instant.
  • Les acteurs : très bien choisis, et leur jeu est bon et juste. Emma Watson incarne parfaitement son personnage, de même pour Dan Stevens et Luke Evans, respectivement dans le rôle de la Bête et de Gaston.

Les – :

  • Les quelques libertés qui ont été prises par rapport au dessin-animé ne m’ont pas vraiment plu, et n’étaient pas franchement utiles. Quitte à rester fidèle au dessin-animé, autant le faire jusqu’au bout. L’histoire créée de toute pièce entre Belle petite et sa maman n’apportait rien, si ce n’est un côté « niant-niant ». De même pour les chansons qui ont été ajoutées : la complainte de la Bête à la fin du film est inutile.
  • La scène où Belle découvre la bibliothèque était un peu décevante comparée au dessin-animée. Mes yeux de petite fille étaient toujours ébahis devant cette scène, ce que je n’ai pas retrouvé dans le film; beaucoup moins spectaculaire. Dommage pour une séquence phare.

L’Irrationnelle.

Publicités